Skip to content

Église Saint Médard de Flavigny-le-Grand-et-Beaurain, la Thiérache fortifiée

Article publié dans Axone n°13 – mars 2023
Au nord de l’Aisne, les églises fortifiées de Thiérache forment un ensemble patrimonial unique. Parmi elles, l’église Saint Médard de Flavigny-le-Grand-et-Beaurain fascine par sa silhouette aux allures de château-fort.

Construite et fortifiée aux XVIe et XVIIe siècles, elle est à la fois un lieu de culte et un poste défensif destiné aux villageois des environs, lassés des ravages causés par les guerres. Remontez le temps à la découverte d’un édifice atypique, chargé d’Histoire.

La Thiérache sous l’Ancien Régime

Au XVe siècle, la Thiérache se trouve près de la frontière entre le royaume de France, gouverné par François Ier, et le Saint-Empire romain germanique, dirigé par Charles Quint. Rivaux, les deux souverains vont se combattre sans merci. La région devient donc le théâtre d’affrontements réguliers. Les habitants vivent dans la crainte des pillages, des attaques et de la destruction de leurs villages.

Le siècle suivant voit la montée du protestantisme en France. En Thiérache, son implantation daterait des premiers temps de la Réforme, vers 1520. En 1584, le nouvel héritier de la couronne de France, Henri de Navarre, est d’ailleurs le chef du parti protestant… ce que les catholiques contestent absolument ! Ces derniers forment donc une Ligue et lancent la huitième guerre de Religion, en 1585. Les Espagnols, qui détiennent aussi les Pays-Bas, les soutiennent.

Le nord du royaume de France redevient une zone de conflits. À la tête de la Ligue, Henri Ier, duc de Guise, entreprend de faire moderniser les fortifications de son château et des alentours, dont l’église Saint Médard de Flavigny-Le-Grand-et-Beaurain.

La construction de l’église Saint Médard

L’église Saint Médard est construite à partir des soubassements en pierre d’un premier édifice, détruit vers la fin du XVIe siècle. Pensée pour protéger les habitants et résister aux attaques, elle emprunte de nombreux éléments architecturaux aux châteaux-forts.

Ainsi, l’église est dotée d’un large donjon carré, qui abrite le clocher. Du côté de la nef, ce dernier est flanqué de deux tours rondes, tandis que sa façade est munie de puissants contreforts. Deux autres tourelles encadrent le chevet plat, soit l’extrémité du chœur. Véritable forteresse, elle est aussi équipée de fentes à angle de tir. Enfin, une haie défensive entoure le cimetière adjacent.

À l’intérieur, des combles rehaussés au niveau de la nef permettent d’accueillir toute la population. La bâtisse est équipée de cheminées, pour pouvoir se chauffer et, vraisemblablement, d’un accès à l’eau avec un puis. Quant aux biens matériels et aux animaux, ils sont mis à l’abri au rez-de-chaussée. L’édifice n’en reste pas moins une église, dont l’agencement des briques forment des motifs, telles les croix de Jérusalem et de Lorraine.

Un édifice imprégné d’Histoire

Si la huitième guerre de Religion prit fin en 1598, la Thiérache devait connaître d’autres périodes difficiles. En 1650, Philippe IV d’Espagne, en guerre contre Louis XIV, fait le siège de Guise. La ville résiste et les troupes espagnoles, furieuses, détruisent les villages proches, dont celui de Flavigny-le-Grand-et-Beaurain. En conséquence, l’église sera à nouveau fortifiée durant le XVIIIe siècle.

Trois siècles plus tard, elle est partiellement détruite au cours de la Première Guerre mondiale. Elle est ensuite restaurée, dès la fin du conflit. En 1927, le clocher et les deux tourelles du chevet font l’objet d’une inscription sur la liste des Monuments Historiques.

Aujourd’hui, l’église Saint Médard de Flavigny-le-Grand-et-Beaurain fait partie des 65 églises fortifiées de Thiérache. Si son rez-de-chaussée est accessible gratuitement, il est aussi possible de découvrir son étage, au cours d’une visite guidée. Une belle occasion d’en apprendre plus sur la richesse de l’histoire du nord de l’Aisne et son patrimoine exceptionnel !

Couverture du magazine Axone n°13
Retrouvez cet article dans Axone n°13 – mars 2023
Photo de l’article : ©Axone

Partager cet article sur :